Poser les bases d’un jeu – 1

Souvent entre ces pages je vous ai assuré que tout pouvait être gamifié ou faire l’objet d’un jeu vidéo. Parce qu’il n’y a rien de tel que les faits pour asseoir mes propos, je vous propose de tenter l’expérience avec un récit que j’ai dans mes cartons. Côté méthodologie, j’en profiterai pour suivre le MOOC Introduction au Game design mis en ligne sur Coursera et animé par l’université des arts de Californie.

Cette semaine dans ce MOOC – qui se présente sous de très bons auspices – nous avons vu comment poser les bases d’un jeu en quelques coups de crayons. Pour cela, surtout, rien de compliqué !

Faire simple est la règle numéro une.

Facile à dire, hein ? Alors voyons maintenant comment nous y prendre à l’aide d’un exemple sorti tout droit des heures les plus sombres de l’humanité :

15849987942_6bcde65f59_b

Le bilboquet.

Je n’ai pas trouvé toute seule cet exemple. Fran Krauz qui présente le MOOC s’en est chargé pour moi mais parce qu’il est très parlant je me permet de le réutiliser ici.

Ce qu’il nous apprend sur un jeu (vidéo ou non), c’est que pour commencer, il lui faut un objectif clair et facile à identifier : placer la boule en équilibre sur le pic. A voir l’objet entre nos mains, on se rend rapidement compte qu’il n’est pas facile à atteindre, les lois de la physique jouant suffisamment contre nous.

En plus de cela, pour assurer au jeu une durée de vie qui ne soit pas trop ridicule, il est préférable que cet objectif présente des niveaux de difficultés croissants, comme ces emplacements plus accessibles qu’on voit sur le côté du bilboquet. On en discutera plus tard, mais vous aussi vous devrez trouver des obstacles à la progression de votre joueur.

Pour relever ces challenges croissant, le joueur devra faire appel soit à la chance, soit à ses compétences. Un peu comme dans la vie de tous les jours, en somme. Même les héros ont régulièrement un coup de pouce du scénariste pour se sortir des situation les plus compliquées.

Aux échecs, les compétences prévales quand la victoire à la roulette ne tient qu’à la chance

Voila, nous n’avons besoin de rien de plus pour nous lancer dans l’aventure ! Et surtout pas d’une idée de jeu parfaite. Un brainstorm, des discussions avec des amis, une question soulevée sur le terrain, et paf ! La matière est là. Quelques lignes suffisent pour tracer les bases d’un jeu palpitant.

Contentez-vous de résoudre un à un les problèmes qui se présentent sur votre chemin.

En vérité, les problèmes  ont une mauvaise réputation. Ils ne sont rien d’autre que des zones obscures dans votre jeu qui méritent votre attention. Chaque fois que vous y serez confronté, votre jeu en ressortira amélioré.

Quand à moi, je m’en vais définir l’objectif principal de mon histoire. J’ai du boulot !

A demain pour la suite de cet article.

Publicités

2 réflexions sur “Poser les bases d’un jeu – 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s