Poser les bases d’un jeu – 1

Souvent entre ces pages je vous ai assuré que tout pouvait être gamifié ou faire l’objet d’un jeu vidéo. Parce qu’il n’y a rien de tel que les faits pour asseoir mes propos, je vous propose de tenter l’expérience avec un récit que j’ai dans mes cartons. Côté méthodologie, j’en profiterai pour suivre le MOOC Introduction au Game design mis en ligne sur Coursera et animé par l’université des arts de Californie.

Cette semaine dans ce MOOC – qui se présente sous de très bons auspices – nous avons vu comment poser les bases d’un jeu en quelques coups de crayons. Pour cela, surtout, rien de compliqué !

Faire simple est la règle numéro une.

Facile à dire, hein ? Alors voyons maintenant comment nous y prendre à l’aide d’un exemple sorti tout droit des heures les plus sombres de l’humanité :

15849987942_6bcde65f59_b

Le bilboquet.

Je n’ai pas trouvé toute seule cet exemple. Fran Krauz qui présente le MOOC s’en est chargé pour moi mais parce qu’il est très parlant je me permet de le réutiliser ici.

Ce qu’il nous apprend sur un jeu (vidéo ou non), c’est que pour commencer, il lui faut un objectif clair et facile à identifier : placer la boule en équilibre sur le pic. A voir l’objet entre nos mains, on se rend rapidement compte qu’il n’est pas facile à atteindre, les lois de la physique jouant suffisamment contre nous.

En plus de cela, pour assurer au jeu une durée de vie qui ne soit pas trop ridicule, il est préférable que cet objectif présente des niveaux de difficultés croissants, comme ces emplacements plus accessibles qu’on voit sur le côté du bilboquet. On en discutera plus tard, mais vous aussi vous devrez trouver des obstacles à la progression de votre joueur.

Pour relever ces challenges croissant, le joueur devra faire appel soit à la chance, soit à ses compétences. Un peu comme dans la vie de tous les jours, en somme. Même les héros ont régulièrement un coup de pouce du scénariste pour se sortir des situation les plus compliquées.

Aux échecs, les compétences prévales quand la victoire à la roulette ne tient qu’à la chance

Voila, nous n’avons besoin de rien de plus pour nous lancer dans l’aventure ! Et surtout pas d’une idée de jeu parfaite. Un brainstorm, des discussions avec des amis, une question soulevée sur le terrain, et paf ! La matière est là. Quelques lignes suffisent pour tracer les bases d’un jeu palpitant.

Contentez-vous de résoudre un à un les problèmes qui se présentent sur votre chemin.

En vérité, les problèmes  ont une mauvaise réputation. Ils ne sont rien d’autre que des zones obscures dans votre jeu qui méritent votre attention. Chaque fois que vous y serez confronté, votre jeu en ressortira amélioré.

Quand à moi, je m’en vais définir l’objectif principal de mon histoire. J’ai du boulot !

A demain pour la suite de cet article.

Publicités

Ce mois d’avril dans l’univers

Je vous propose un tour d’horizon des événements autour du jeux vidéo et de l’éducation. Certains seront très portés éducation, d’autre plus dédiés aux jeux vidéos, mais tous permettront d’apprendre et de réfléchir, à cela, je m’y engage !

Et si vous avez eu vent d’un événement qui pourrait m’intéresser mais qui ne fait pas partie de cette liste, je vous invite vivement à me le faire savoir en commentaire ou sur Twitter. Ce n’est pas toujours facile de suivre ces milieux qui bougent beaucoup.

Vous êtes prêts ? C’est parti !

***
Samedi 2 avril de 9h30 à 20h00, on commence fort avec le CIY Education qui nous pose une question enthousiasmante:

Et si on prenait le temps de rêver l’éducation ?

Le principe : une journée d’ateliers, rencontres, projections, débats et partages d’expérience pour redessiner l’éducation.
Cette journée s’adresse à tous tant l’éducation telle qu’elle est abordée se révèle inclusive.
Le CIY Education se déroule au CRI, dans le 4ème arrondissement de Paris.
***
Mercredi 6 avril de 18h30 à 21h00 au CNAM, un cycle de rencontres permettra de s’interroger sur le rôle de l’école dans la construction des citoyens de demain.

Être et devenir citoyen à l’école : un enjeux en éducation prioritaire ?

Le principe : chercheurs, auteur et pédagogue échangent leurs réflexions et expériences. Le sujet peut paraître limité aux seuls enseignants mais en vérité la question de l’école est centrale dans notre société. L’école occupe une très grande part dans les personnes que nous sommes.
***
SMLXL

Jeudi 7 avril de 18h30 à 21h00, le labo de l’édition propose une table ronde autour de la question :

Les serious games et l’éducation : quelles perspectives pour demain ?

Le principe : des intervenants discutent autour de cette question, présentant leurs points de vue et leurs expériences respectives. Parmi eux se trouvent Tralalère, We want to know (voir mon article sur leur jeu, Dragonbox) et Pinpin Team qui produisent tous des serious games pour les enfants.
***
SMLXL

Jeudi 7 avril (aussi, snif) de 18h30 à 20h00, BNF organise, en lien avec son fond de jeux vidéo parait-il impressionnant, une rencontre avec des pionniers du jeux vidéo français. Pour commencer, Laurant Weill et Alexis Blanchet, interrogés par des journalistes et des universitaires, nous parlerons de leurs débuts dans les années 80 et 90. Des jeux seront aussi mis à disposition !
***
SMLXL

Mercredi 13 avril de 12h30 à 14h00, vous êtes invités à découvrir Domoscio, une start up française qui développe une offre d’adaptative learning.
Qu’est-ce que l’adaptative learning ? Que permet-il réellement ?
Ce sont les réponses auxquelles les deux fondateurs de Domoscio répondront lors de cette master class qui se tiendra, encore une fois, au CRI. Ils présenteront leur travail, basé sur les données utilisateurs et la proposition, en conséquence, de modules d’apprentissage adaptés au fonctionnement de la mémoire. Oui, leur présentation portera aussi sur les apports des sciences cognitives dans le champ de l’apprentissage.
***
Comment ça vous ne savez pas quoi faire en avril ? J’en ai encore en stock s’il faut !