Jeux vidéo et narration : les tendances du moment

 

Pour la première partie de cet article, c’est ici : retour sur 2016 et son lot de bonnes surprises

Pour rappel : à travers les jeux vidéo qui ont pu me faire vibrer cette année (ou non), je vous propose de découvrir le potentiel narratif des jeux vidéo, ses mécaniques et l’avenir que laissent présager quelques expérimentations heureuses.

Les tendances du moment

Les raisons de se réjouir ne manquent pas. Les échecs critiques non plus. Je ne m’attarderai pas ici sur la recette du succès ni sur la méthode de développement à suivre pour réussir une bonne alliance entre narration et gameplay (pfiou). Non, avant tout, je vais vous présenter les tendances qui, à mes yeux, émergent dans le paysage vidéo-ludique.

La narration procédurale (ou automatisée)

Houla, les grands mots ! Pas de panique, ce n’est pas une pratique réservée aux spécialistes, bien au contraire. La génération procédurale d’univers, c’est Minecraft par exemple. On lance son jeu, et paf ! La carte du terrain se déploie sous nos yeux, inventée spécialement pour l’occasion, en rien semblable à celle que vous aurez la prochaine fois. Contrairement à des décors de jeu réalisés par un graphiste, la logique de cet univers répond à des règles gravées dans le code, et elle permet une grande liberté pour le joueur. Le principal problème rencontré dans ce genre d’univers appelés Sandbox (ou bac à sable) est la faiblesse de la narration. Du moins, de narration contrôlée ou induite par les choix du game designer. Le joueur reste libre de raconter ses propres histoires, exactement comme avec les legos. Mais puisque tout est possible et que rien n’est imposé, comment le joueur sait-il ce qu’il doit faire ? Quels sont les marqueurs d’un parcours épique ? Comment rythmer le récit ? Quelle personnalité donner aux personnages ?  Les questions ne manquent pas.

minecraft

Je fais partie de cette proportion de joueurs qui a besoin d’une haute densité narrative pour trouver du plaisir dans le jeu. Dans Minecraft, une fois les mécaniques comprises, je m’ennuie, je hère sans but, j’ai besoin qu’on me guide, je décroche. J’ai besoin d’apprendre des choses qui ne soient pas liées au fonctionnement du jeu ou aux possibilités offertes par le gameplay. Je veux des enjeux dramatiques, des personnages marqués, m’inquiéter pour leur devenir, tout simplement. Le problème est de taille : comment intégrer de la narration au milieu d’un ensemble de règles logiques et de mécaniques bien huilées ?

Rimworld répond en partie à ces questions; au contraire de Minecraft les personnages sont au cœur du jeu et leur comportement impact le déroulement d’une partie. Reigns explore aussi des points intéressants en se concentrant sur une narration totalement gérée par du code. Les briques de narrations (ou cartes) ont été créé au préalable et ne changent pas mais l’ordre et la fréquence d’apparition évoluent d’une partie à l’autre. Un jeu comme Left 4 dead qui est pourtant un pur jeu d’action où on tue des zombies donne lui aussi quelques pistes intéressantes en terme de narration.

left-4-dead-2

En effet, le rythme des attaques de zombie a été déterminé pour assurer une expérience de jeu optimale. L’IA repère quand les joueurs se la coulent douce et envoie en conséquence une horde de zombie ou un petit Charger des familles (gros zombie qui défonce tout). Dans tous les cas, on le sent passer et l’adrénaline monte quand il faut pour rendre le jeu palpitant. Ces trois pistes combinées laissent présager des jeux qui s’adaptent complètement aux actions du joueur (ces dernières n’étant dictées que par sa volonté propre) tout en lui proposant une narration dense et rythmée.

Pour résumer : pour donner le pouvoir au joueur et lui offrir une expérience rejouable à l’infini, la génération procédurale est une piste pleine de promesses. Minecraft avait ouvert la voie avec quelques limites regrettables mais d’autres jeux apportent leur lot de solutions. Rimworld met les personnages en équations, Reigns s’attaque à la cohérence de la narration et Left 4 dead apporte du rythme et la promesse d’un récit haletant.

L’alliance entre gameplay et narration

Gros morceau, hein ? Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi je devine que je vais sacrément me prendre la tête sur cette partie. Déjà, parce qu’il s’agit peu ou prou de ma définition du jeu vidéo parfait, mais en plus parce que chaque jeu possède sa recette très personnelle.

Pour simplifier, disons qu’il existe trois façons d’aborder la question. Celle de Life is strange, celle de Darkest dungeon et celle de Gone home.

A life is strange way of life : le choix narratif

D’autres jeux ont la narration (voir les choix narratifs) au cœur de leur gameplay comme Heavy rain, Stories, the Banner saga, The walking dead, Mass effect, KOTOR, etc. Je les ai tous apprécié mais Life is strange a réussi le tour de force de tisser le gameplay (retour dans le temps), les choix narratifs et les enjeux émotionnels dans une trame générale d’une extrême cohérence. Mon implication en tant que joueuse était totale et, pour moi, c’est parce que les créateurs du jeu ne se sont pas contentés de créer des choix impactant pour le joueur, ils ont mis en prime le gameplay au diapason de ces choix.

Dans Life is strange, les mécaniques de jeu sont au diapason des choix narratifs pour une implication émotionnelle décuplée

lifeisstrange

Pour résumer :

  • Des enjeux narratifs très forts
  • Une gameplay simple au service de la narration à choix multiples
  • Un ensemble cohérent et immersif

The darkest story of the rogue-like dungeon

Darkest dungeon est un jeu hybride entre le rpg, le jeu de gestion et le rogue-like. Le joueur est au commande d’une troupe d’aventuriers qui a pour mission de plonger dans un donjon, d’affronter des hordes de monstres baveux jusqu’à ce que mort s’en suive. Il faut être stratégique pour emporter les combats, nombreux et difficiles, mais la narration est aussi très présente. Par petites touches, certes, mais je trouve qu’elle fait la force de ce jeu. Déjà, l’inspiration est très ouvertement lovecraftienne. Un manoir, un héritage, une malédiction et la jauge de santé mentale ne laissent aucun doute. L’ambiance visuelle et sonore est à couper au couteau et les relents de désespoirs se ressentent jusque dans le système de jeu qui est sans pitié. L’intérêt de ce jeu est que le gameplay et la narration sont deux entités séparables mais qui dialogue suffisamment pour s’enrichir l’une l’autre.

Dans Darkest dungeon, la mécanique de jeu est au cœur de l’expérience mais tout est fait pour mettre dans l’ambiance

darkest-dungeon-4

Pour résumer

  • Un gameplay solide et de grandes possibilités de jeu
  • Une ambiance forte et immersive
  • Quelques points de dialogue entre gameplay et narration

Gone home : un livre ouvert

Pour finir, Gone home, A normal lost phone, Deat Esther ou The vanishing of Ethan Carter sont des jeux qui partagent un point commun. Le joueur est laissé seul face à un lieu (oui, je considère un téléphone comme un lieu dans ce cas ^^), libre de l’explorer dans les moindres détails et de lire, ce faisant, le récit offert à leurs yeux. Tous les indices sont là, à lui de les découvrir, de les ordonner, de saisir les perches tendus pour aller jusqu’au bout et découvrir la vérité dont l’heure est venue d’exploser aux yeux de tous. Le rythme est volontairement lent et l’expérience contemplative. On se laisse imprégner de l’atmosphère, on collecte les pièces du puzzle, jusqu’à voir un motif apparaître. Ici, l’exploration et les puzzles sont la mécanique de base et le fin mot de l’histoire est l’objectif à atteindre.

Dans Gone home, le but du jeu est de connaître le fin mot de l’histoire et l’exploration est la mécanique

gonehome

Pour résumer :

  • Un lieu à explorer
  • Des puzzles à résoudre pour avancer
  • L’histoire comme récompense ultime

Chacun à leur façon, ces jeux explorent les apports de la narration au monde des jeux vidéo. La narration comme note d’intention, la narration comme source d’enrichissement, la narration comme objectif à atteindre.

Des messages émergents

Qu’on en soit conscient ou non, un jeu délivre un message. Par ce qu’il permet au joueur de faire, de penser, d’explorer, par l’univers qu’il lui montre à voir, le game designer dicte un modèle de pensée et d’agir au joueur. Oui, même les free to play de base et les FPS bien bourrins.

doom
Et toi, t’en penses quoi du sens de la vie ?

Par exemple, un city builder qui ne propose que des centrales à charbon et passe sous silence la pollution engage des mécaniques de consommation non raisonnée. D’un autre côté, un city builder développé par une équipe éduquée sur le sujet pourra proposer des alternatives énergétiques, des jauges plus en accord avec ce que les scientifiques connaissent des ressources et de leurs limites. C’est tout le jeu qui en sera impacté et l’expérience que le joueur en retire.

Dans cette veine, beaucoup de serious game ou de jeux à impact social ont fait leur apparition. Ils traitent de sujet sérieux, comme leur nom l’indique, et amènent le joueur à se poser des questions. Je ne m’étendrai pas sur le sujet (ayant lu des thèses sur le sujet, j’ai peur de m’égarer ^^) mais l’exercice du serious game est difficile.  Trop de « serious », pas assez de « game » pour résumer. Dans le cadre professionnel, pourquoi pas, on s’y amusera de toute façon plus qu’en réunion, mais en dehors de ce cadre et de celui de l’école, les succès sont rares. En cause ? L’alliance difficile entre le message à faire passer et les mécaniques de jeu, ces dernières étant accusées de distraire les élèves et les employés de ces questions qui demandent tout leur sérieux.

papers-please-07-700x393

Avec des exemples comme Life is strange, A normal lost phone ou Papers, please, non seulement les développeurs de jeu montrent qu’ils ont un message à faire passer mais aussi qu’ils croient au pouvoir des jeux vidéo en tant que média. Ils se positionnent en développeurs de jeu éclairés, qui s’attachent à creuser une problématique en se renseignant à son sujet. A ce titre, ils développent des expériences de jeu où le message autant que les mécaniques de jeu ont de l’importance. Dans cette veine, on peut s’attendre à ce que des sujets de plus en plus variés trouvent leur public par le biais des jeux vidéo. D’autant plus que le public des jeux vidéo est très large. Tout le monde, ou presque, joue. Je pense aussi à des publics très difficiles d’accès pour ce qui est des sciences, de l’esprit critique, de la politique.

Le jeu vidéo est un objet culturel. Il est le reflet de notre société autant qu’un moyen d’influence. Alors, pourquoi se priver ? Et surtout : quelles histoires veut-on raconter ?

 

 

Publicités

Narration et jeux vidéo – retour sur 2016

La narration est un sujet qui me passionne, peu importe le support employé. A mon niveau, je m’essaye régulièrement à l’art de raconter une histoire et utilise pour cela l’écrit, que ce soit le format nouvelle ou roman. A l’occasion, j’ai aussi testé Twine qui permet de développer facilement des histoires dont on est le héros. Je ne compte plus le nombre d’histoire interactive que j’ai dans mes cartons et que je rêve de développer.
Dans cette lignée, et parce que je travaille actuellement sur un jeu narratif, je recherche des jeux vidéo qui me racontent une histoire, me permettent de m’attacher à des personnages et de m’immerger dans un univers riche :

Le dépaysement avec les émotions en prime.

Il m’arrive aussi d’apprécier sentir mon cerveau en prise avec des mécaniques ou des contrôles qui demandent à être pris en main. L’histoire n’est pas ma seule raison d’apprécier un jeu. D’ailleurs, un juste équilibre (ou une alliance subtile) entre mécaniques de jeu et narration constitue un saint Graal trop rarement atteint à mes yeux. Heureusement, les exemples réussis existent. A travers les jeux vidéo qui ont pu me faire vibrer cette année (ou non), je vous propose de découvrir le potentiel narratif des jeux vidéo, ses mécaniques et l’avenir que laissent présager quelques expérimentations heureuses.

Retour sur 2016 et son lot de bonnes surprises

Je précise qu’il s’agit des jeux auxquels j’ai joué pendant cette période… Je ne suis pas les sorties aussi attentivement que d’autres et j’ai même un sacré retard à rattraper. En vérité, mon intérêt pour les jeux vidéo est récent et j’explore ce monde par petites touches. Si vous avez des jeux à me conseiller, n’hésitez donc pas.

Brothers, a tale of two sons

Dernier coup de cœur en date, Brothers, a tale of two sons, que j’ai fini en 4H de jeu, sans m’arrêter. Ce jeu est un très bon exemple de ce que gameplay et narration peuvent accomplir quand ils sont subtilement liés. Ici, le joueur contrôle les deux frères en même temps. L’un avec la partie droite de sa manette, et l’autre avec sa partie gauche (oui, j’ai perdu mon cerveau). A mes yeux de joueuse, ils devenaient, alors que je me dépatouillais de ces contrôles infernaux, liés comme seuls deux frères très proches peuvent l’être. Une relation pure et basée sur la complémentarité servie par un monde riche en détails et en histoire. Quand on se promène dans le village des garçons, puis qu’on part à l’aventure, on devine par immersion où l’on est. Aucune indication, pas de texte encyclopédique, rien que des paysages et les ruines d’un monde qui nous disent tout ce qu’il y a à savoir.

5_brothers_a_tale_of_two_sons

Pour résumer :

  • Un monde poétique et grandiose
  • Des personnages attachants
  • Des contrôles qui mettent en avant leur complémentarité
  • Des puzzles qui nous délivrent les clefs de cet univers

Fiche techniqueWalkthrough

Firewatch

Dans un autre style, j’ai joué à Firewatch que j’ai aussi fini d’une traite en 4H. Au début du jeu, j’ai eu un peu peur en voyant que tout ce qu’on faisait, c’était avancer (certes dans un paysage magnifique) et faire un choix entre deux options qui n’avaient rien d’enthousiasmant. Puis on prend possession de sa tour de contrôle, on explore son territoire librement (mieux vaut apprendre rapidement à maîtriser la carte et la boussole) et, en liaison constante avec notre voisine, on accomplit mission de surveillance après mission. Puis la trame principale se présente, rythmée de mystères et de craintes. Les contrôles sont basiques puisqu’il s’agit de faire marcher son personnage, vu à la première personne, d’interagir avec des objets, de lire des notes, etc. Mais l’immersion est garantie et, encore une fois, les paysages sont magnifiques (ahlala, les parcs naturels américains <3) et j’ai quitté l’aventure avec un petit pincement au cœur

firewatch-e3-5.jpg

Pour résumer :

  • Un univers ouvert et sauvage
  • Une immersion complète
  • Des quêtes qui s’enchaînent et qui guident le joueur à travers le récit
  • Une relation forte entre deux personnages attachants

Fiche techniqueWalkthrough

Reigns

Plus petit jeu, Reigns est aussi une très bonne surprise. Il se joue sur mobile mais est disponible sur ordinateur. Au début du jeu, vous êtes le premier roi d’une longue dynastie. Récemment adoubé, vous êtes confronté à des situations et devez faire les choix qui vous reviennent. Il peut s’agir d’entrer en guerre ou non contre les voisins, ou de lancer la balle du chien. L’interface du jeu rend l’aventure très fluide et plaisante. Les événements se présentent sous forme d’une carte de jeu, avec un dessin de l’interlocuteur et un court texte. Penchez à droite ou à gauche pour voir les choix disponibles et leur impact sur les 4 jauges décisives (religion, peuple, armée et budget). Que l’une ou l’autre de ces jauges se vident ou se remplisse totalement et c’est la fin de votre règne. Les événements sont générés aléatoirement à partir de ce qui semble être un tas de carte préalablement sélectionnées. Certains choix provoquent l’ajout de nouvelles cartes événements, d’autres viennent avec des conséquences. Pas une partie ne ressemble aux autres. Mon record ? 76 ans de règne, qui dit mieux ?

Reigns.png

Pour résumer : 

  • Une variation sans fin de l’histoire
  • Une interface fluide qui met l’accent sur les choix et leurs conséquences
  • Des personnages qui se dévoilent peu à peu
  • Des événements plus difficiles d’accès qui invitent à provoquer le sort

Fiche techniqueWalkthrough

Rimworld

A l’opposé des jeux narratifs (du moins sur le papier), se trouve Rimworld. Le joueur y gère une population de 3-4 survivants écrasés sur une planète et devant survivre par leurs propres moyens. Première étape, construire un abri, puis trouver de la nourriture et des ressources, planter des graines, fabriquer des vêtements, tout ce qu’il faut pour établir une civilisation. Tout, des personnages à la planète en passant par les événements, tout est généré aléatoirement. Pas de script, pas de guide. Le pouvoir ultime au joueur o/ mais avec un subtilité par rapport à un sandbox comme Minecraft : les personnages ont des caractéristiques très poussées et qui impactent sur le déroulement du jeu. par exemple, vous pouvez très bien tomber sur un personnage qui ne sait rien faire et qui ne sert littéralement à rien. Les personnages se draguent, se mettent en couple, se séparent, développent des phobies, craquent et dépriment complètement et j’en passe. En tant que joueur, vous n’avez pas à gérer des ressources dans l’optique de faire survivre votre population. Vous devez gérer des individus, composer avec leurs particularités, pour assurer au mieux toutes les tâches nécessaires à la survie du groupe. Sans compter les aléas du genre attaque d’animaux fous et raids de tribus voisines.

rimworld.jpg

Pour résumer : 

  • Une variation sans fin de planètes et de personnages
  • Le joueur seul maître à bord
  • Une narration émergente et subtile
  • Des enjeux très forts comme la survie du groupe

Fiche techniqueWalkthrough

Stories : the path of destinies

Autant le dire tout de suite, j’ai été extrêmement déçue par ce jeu (oui, je suis parfois négative, même si vous avez dû en douter jusque là) et je ne l’ai joué qu’une fois alors qu’il existe une multitude de fins différentes à explorer. Comme son nom l’indique, ce jeu repose sur la narration. Un narrateur nous parle directement pendant qu’on avance dans le jeu au contrôle de Reynardo, le personnage principal (qui est un renard, surprise !), le joueur est invité à faire des choix décisifs qui le mènent vers les différentes fins possibles. L’histoire est un grand classique de la fantasy médiévale et alors que le joueur progresse à coup de combats contre les sbires du grand méchant, nous découvrons tous les tenants et aboutissants de ce monde plongé dans le chaos. La mécanique de jeu est classique elle aussi, avec un système du type action rpg. En somme, je comprends l’intention : un jeu d’action avec dans l’oreille un narrateur qui nous plonge dans un drame humain (enfin animal) absolu. Seulement, j’ai surtout trouvé que le narrateur se répétait (« show, don’t tell », on lui a jamais dit ?) et que je n’avais pas très envie d’en savoir plus sur ce monde convenu où tout est déjà écrit d’avance.

stories-the-path-of-destinies

Pour résumer :

  • Un narrateur omniprésent au ton bien défini
  • Des choix qui ont un impact sur la fin
  • Un système de jeu tourné vers l’action
  • Un univers riche en références

Fiche techniqueWalkthrough

Quelques mots seulement

J’ai aussi joué à Darkest Dungeon, A normal lost phone, Alto’s adventure, Fable, Mass effect, Sunset, The vanishing of Ethan Carter, Bioshock, etc. Tout un tas de jeux qui mériteraient que je m’attarde sur leur narration et la façon dont elle est distillée, mais en vérité je ne ferais que me répéter je pense. Prenez les composantes des jeux que j’ai détaillés, et réorganisez-les différemment, changez les dosages, et vous obtiendrez un descriptif de la narration dans ces jeux. Ce n’est pas là le constat d’un manque d’originalité, bien au contraire ! De nouvelles tendances apparaissent qui me réjouissent considérablement. Sans compter que la narration occupe, j’ai l’impression, une place de plus en plus importantes dans la création de jeu.

Pour résumer : interface diégétique, univers très riche ou gameplay construit sur les choix, les développeurs de jeu nous parlent et ça fait du bien de les entendre s’exprimer.

La suite : les tendances du moment

Poser les bases d’un jeu vidéo – 3

Etape 1étape 2

Une fois l’idée de jeu trouvée, la séance de brainstorming – qui est plus ou moins longue et complexe suivant l’importance du projet – laisse place à la définition de l’objectif principal pour le joueur.

Vous voulez montrer que les additions sont cool pour remotiver votre classe de CE1 ? Dénoncer les inégalités salariales entre hommes et femmes ? Faire un plateformer avec votre enfant en personnage principal ? Ou créer le prochain Minecraft ?

Tous autant que vous êtes, hop, au boulot ! Et trouvez-moi l’objectif principal dans votre jeu. Go for it !

Clairement, Wonder Woman s’apprête à relever un challenge de taille puisque son objectif est ici de de combattre une créature invincible et maléfique dont les studio Marvel ont le secret. Mais dans un jeu, l’objectif peut très bien être d’aller chercher le pain à la boulangerie du coin.

Inutile de définir un objectif épique pour obtenir un bon objectif.

De plus, il faut qu’il soit en accord avec le message que vous souhaitez faire passer si tel est votre cas. Pour reprendre l’exemple des additions, donner pour objectif au joueur de vaincre le monstre des additions n’est peut-être pas la meilleure idée. Après tout, les additions aussi ont une réputation à défendre ! Et rien ne vous empêche de transformer les additions en super pouvoir pour se défendre contre une menace.

Un objectif doit être simple et soutenir l’intention derrière votre jeu.

Pour l’histoire de Naoma que je souhaite adapter en jeu dans le cadre du MOOC introduction au game design, l’exercice peut paraître simple : résumer en une phrase l’essence du récit. En vérité il ne l’est pas, tout comme trouver un objectif clair n’est pas facile.

Essayez encore et encore jusqu’à ce que vous sentiez que, ça y est, c’est simple, c’est impactant, vous y êtes arrivé.

Surtout, n’hésitez pas à continuer votre démarche de création de jeu dès que vous avez trouvé quelque chose qui vous satisfait. Si vous n’êtes pas sûr de vous, il sera toujours temps d’ajuster votre objectif par la suite. Ou même de le revoir totalement. Pour ma part, le premier objectif que j’ai trouvé était : mener Naoma jusqu’au dragon. Oui, après tout, qu’est-ce qui est plus cool qu’un dragon ? Sauf que… Trouver le dragon n’est pas la raison d’être de Naoma. Naoma est une messagère. Alors que j’étais entrain de créer mon jeu, j’ai du revoir mon objectif.

Maintenant, l’objectif dans mon jeu est d’aider Naoma à délivrer son message au crieur de rue.

Pour récapituler, votre objectif doit :

  • tenir en une phrase
  • servir votre message
  • résister aux étapes à venir

A très vite pour la suite 🙂

Poser les bases d’un jeu – 1

Souvent entre ces pages je vous ai assuré que tout pouvait être gamifié ou faire l’objet d’un jeu vidéo. Parce qu’il n’y a rien de tel que les faits pour asseoir mes propos, je vous propose de tenter l’expérience avec un récit que j’ai dans mes cartons. Côté méthodologie, j’en profiterai pour suivre le MOOC Introduction au Game design mis en ligne sur Coursera et animé par l’université des arts de Californie.

Cette semaine dans ce MOOC – qui se présente sous de très bons auspices – nous avons vu comment poser les bases d’un jeu en quelques coups de crayons. Pour cela, surtout, rien de compliqué !

Faire simple est la règle numéro une.

Facile à dire, hein ? Alors voyons maintenant comment nous y prendre à l’aide d’un exemple sorti tout droit des heures les plus sombres de l’humanité :

15849987942_6bcde65f59_b

Le bilboquet.

Je n’ai pas trouvé toute seule cet exemple. Fran Krauz qui présente le MOOC s’en est chargé pour moi mais parce qu’il est très parlant je me permet de le réutiliser ici.

Ce qu’il nous apprend sur un jeu (vidéo ou non), c’est que pour commencer, il lui faut un objectif clair et facile à identifier : placer la boule en équilibre sur le pic. A voir l’objet entre nos mains, on se rend rapidement compte qu’il n’est pas facile à atteindre, les lois de la physique jouant suffisamment contre nous.

En plus de cela, pour assurer au jeu une durée de vie qui ne soit pas trop ridicule, il est préférable que cet objectif présente des niveaux de difficultés croissants, comme ces emplacements plus accessibles qu’on voit sur le côté du bilboquet. On en discutera plus tard, mais vous aussi vous devrez trouver des obstacles à la progression de votre joueur.

Pour relever ces challenges croissant, le joueur devra faire appel soit à la chance, soit à ses compétences. Un peu comme dans la vie de tous les jours, en somme. Même les héros ont régulièrement un coup de pouce du scénariste pour se sortir des situation les plus compliquées.

Aux échecs, les compétences prévales quand la victoire à la roulette ne tient qu’à la chance

Voila, nous n’avons besoin de rien de plus pour nous lancer dans l’aventure ! Et surtout pas d’une idée de jeu parfaite. Un brainstorm, des discussions avec des amis, une question soulevée sur le terrain, et paf ! La matière est là. Quelques lignes suffisent pour tracer les bases d’un jeu palpitant.

Contentez-vous de résoudre un à un les problèmes qui se présentent sur votre chemin.

En vérité, les problèmes  ont une mauvaise réputation. Ils ne sont rien d’autre que des zones obscures dans votre jeu qui méritent votre attention. Chaque fois que vous y serez confronté, votre jeu en ressortira amélioré.

Quand à moi, je m’en vais définir l’objectif principal de mon histoire. J’ai du boulot !

A demain pour la suite de cet article.

Ori and the blind forest : vous avez dit sérieux ?

Pour mon second poste, j’ai décidé de donner le ton en parlant d’un jeu vidéo qui n’a rien de sérieux (en apparence du moins) : Ori and the blind forest. Paru en mars 2015, il s’agit d’un jeu d’aventure et de plateforme, un peu comme un Super Mario Bros ou un Little Big Planet, développé par Moon Studios, un développeur indépendant.

 

 Dans une forêt aussi magnifique que terrible, le joueur est au contrôle d’une petite créature aux allures de renard, Ori, qui saute, attaque et se défend. Le but est donc de se déplacer et de survivre au milieu des épreuves, nombreuses ! jusqu’à sauver ce monde en périle. C’est un  résumé très succin mais il suffira pour que les amateurs du genre se disent : mais en quoi ce jeu mérite-t-il d’être cité à la suite d’un Dragonbox ou, du moins, sur un site qui parle de pédagogie ?
Il se trouve qu’Ori and the blind forest, et les jeux de ce type, présente une caractéristique qu’on retrouve dans les parcours d’apprentissage:

Son gameplay repose sur une montée en puissance des compétences du joueur.

Il n’est pas le seul dans son genre, loin de là. Dans Mario, au fil des niveaux, la difficulté augmente, avec toujours plus d’ennemis et des timing plus serrés. En conséquence, le joueur doit s’améliorer, maîtriser toujours plus ses contrôles jusqu’au boss final. On débloque parfois un double saut, un nouvel outil, un allié, etc. Les solutions ne manquent pas pour aider le joueur à surmonter les épreuves.
Dans Ori, un arbre de compétence permet de mettre en évidence cette progression. Et parce que c’est le joueur qui choisit le prochaine capacité à débloquer, il est d’autant plus impliquée dans les défis et la manière de les relever.
En termes d’apprentissage, le parallèle se fait naturellement. Quand un élève découvre les multiplications, par exemple, au début ses compétences sont proches de zéro. Il a des acquis, bien sûr, sur lesquels il peut s’appuyer, mais en matière de multiplication, c’est un monde nouveau qui s’ouvre à lui. Il lui faudra maîtriser les tables, une par une, par écrit, puis de tête, avant de les combiner et de s’attaquer aux calculs plus complexes. Un apprentissage enthousiasmant et adapté se fait par étape, en découpant les gestes et les compétences requises pour éviter que l’élève se décourage.
mathematics-299384_960_720
Dans Ori, c’est pareil. Au début du jeu, les gestes à effectuer sont simples et permettent peu d’actions. Mais au fil de l’aventure et en fonction des choix stratégiques du joueur, il monte en compétence de façon à relever des défis plus ardus. C’est une véritable quête initiatique qu’il accomplie. Plus le jeu avance, plus :

Le joueur est au pouvoir.

Il choisit les compétences à améliorer, il peut créer des points de sauvegarde, il dessine son parcours, prend son temps ou fonce la tête baissé.  Il peut choisir de reculer pour mieux sauter. En somme, il se maintient dans un état d’équilibre entre ses capacités et le challenge à relever: il est dans le flow. Je suis persuadée que la force de ce jeu, pourtant très difficile, repose sur cette notion que je prendrai le temps de développer dans une suite d’articles. J’ajouterai aussi que les apprentissages n’offrent que rarement l’occasion de choisir son parcours, de ralentir pour prendre son élan, de s’attaquer au défi pour lequel on se sent taillé. Cette question du pouvoir qu’on accorde au joueur, de plus en plus, de moduler son effort, il est encore refusé aux élèves. Dans certains enseignants alternatifs, cette configuration existe mais il faudra encore du temps avant qu’elle se généralise à toutes les salles de classe.
En attendant, je vous invite à découvrir le jeu dans cette vidéo  qui ne vous épargne aucun détail :
 Pour un autre point de vue sur Ori and the blind forest, je vous invite à découvrir cette chronique de Florian Petit qui, sans considération pédagogique, vous en parlera beaucoup mieux et aura le mot de la fin :

Une claque avec un gant de velour

Ce mois d’avril dans l’univers

Je vous propose un tour d’horizon des événements autour du jeux vidéo et de l’éducation. Certains seront très portés éducation, d’autre plus dédiés aux jeux vidéos, mais tous permettront d’apprendre et de réfléchir, à cela, je m’y engage !

Et si vous avez eu vent d’un événement qui pourrait m’intéresser mais qui ne fait pas partie de cette liste, je vous invite vivement à me le faire savoir en commentaire ou sur Twitter. Ce n’est pas toujours facile de suivre ces milieux qui bougent beaucoup.

Vous êtes prêts ? C’est parti !

***
Samedi 2 avril de 9h30 à 20h00, on commence fort avec le CIY Education qui nous pose une question enthousiasmante:

Et si on prenait le temps de rêver l’éducation ?

Le principe : une journée d’ateliers, rencontres, projections, débats et partages d’expérience pour redessiner l’éducation.
Cette journée s’adresse à tous tant l’éducation telle qu’elle est abordée se révèle inclusive.
Le CIY Education se déroule au CRI, dans le 4ème arrondissement de Paris.
***
Mercredi 6 avril de 18h30 à 21h00 au CNAM, un cycle de rencontres permettra de s’interroger sur le rôle de l’école dans la construction des citoyens de demain.

Être et devenir citoyen à l’école : un enjeux en éducation prioritaire ?

Le principe : chercheurs, auteur et pédagogue échangent leurs réflexions et expériences. Le sujet peut paraître limité aux seuls enseignants mais en vérité la question de l’école est centrale dans notre société. L’école occupe une très grande part dans les personnes que nous sommes.
***
SMLXL

Jeudi 7 avril de 18h30 à 21h00, le labo de l’édition propose une table ronde autour de la question :

Les serious games et l’éducation : quelles perspectives pour demain ?

Le principe : des intervenants discutent autour de cette question, présentant leurs points de vue et leurs expériences respectives. Parmi eux se trouvent Tralalère, We want to know (voir mon article sur leur jeu, Dragonbox) et Pinpin Team qui produisent tous des serious games pour les enfants.
***
SMLXL

Jeudi 7 avril (aussi, snif) de 18h30 à 20h00, BNF organise, en lien avec son fond de jeux vidéo parait-il impressionnant, une rencontre avec des pionniers du jeux vidéo français. Pour commencer, Laurant Weill et Alexis Blanchet, interrogés par des journalistes et des universitaires, nous parlerons de leurs débuts dans les années 80 et 90. Des jeux seront aussi mis à disposition !
***
SMLXL

Mercredi 13 avril de 12h30 à 14h00, vous êtes invités à découvrir Domoscio, une start up française qui développe une offre d’adaptative learning.
Qu’est-ce que l’adaptative learning ? Que permet-il réellement ?
Ce sont les réponses auxquelles les deux fondateurs de Domoscio répondront lors de cette master class qui se tiendra, encore une fois, au CRI. Ils présenteront leur travail, basé sur les données utilisateurs et la proposition, en conséquence, de modules d’apprentissage adaptés au fonctionnement de la mémoire. Oui, leur présentation portera aussi sur les apports des sciences cognitives dans le champ de l’apprentissage.
***
Comment ça vous ne savez pas quoi faire en avril ? J’en ai encore en stock s’il faut !